Je cree mon equilibre

Créer une belle vie est la plus élevée des vocations

Apprendre à être heureux en amour

apprendre à être heureux en amour

Apprendre à être heureux en amour

Le grand amour ne se rencontre pas, il se construit..

La relation amoureuse est un vaste terrain de de jeux, d’expériences et surtout une fabuleuse opportunité d’évolution si on prend conscience des innombrables mécanismes inconscients échos du passé qui se rejouent en son cœur. La façon dont nous entrons en relation et dont nous vivons notre histoire est en réalité une répétition floue et nébuleuse de nos plus anciennes blessures de lien. Liens karmiques, empreintes de grossesse, petite enfance.. les racines de nos souffrances, de nos dysfonctionnements affectifs voire de notre incapacité à vivre un  lien d’amour serein se situent parfois très loin dans notre histoire. La bonne nouvelle c’est que comme tout ce qui n’est pas résolu se répète, il est possible dans une démarche d’introspection de conscientiser et de libérer ce qui a besoin d’être compris, digéré et réintégré harmonieusement à la conscience. Ainsi les schémas répétitifs destructeurs se dissolvent et de nouvelles perspectives de vie se dessinent. Nous ne sommes plus l’otage d’un passé encore actif mais devenons co-créateurs de nos relations en entrant dans un mode relationnel de plus en plus conscient.

Pendant longtemps j’ai répété des scénarios amoureux. Les protagonistes changeaient mais les évènements et la qualité des relations étaient les mêmes. Pas vraiment consciente de mon schéma, j’étais souvent très malheureuse, dans des relations tumultueuses ou la sérénité n’avait pas sa place. Je me sentais victime, j’étais épuisée et malgré que de très belles choses se passaient dans ces histoires plutôt longues à chaque fois, elles se statuaient toutes par des séparations douloureuses et traumatisantes. Mon schéma à moi depuis l’école maternelle c’était la relation ultra fusionnelle, passionnelle et destructrice dans laquelle chacun testait l’amour de l’autre en le faisant souffrir (se rendre jaloux, feindre l’indifférence, provoquer des crises pour voir dans quel état l’autre se met ..) puis se retrouver finalement après parfois des heures de bataille dans des étreintes passionnées qui remettaient les compteurs à zéro croyions nous naïvement à l’époque. Persuadée que je vivais des histoires d’amour hors du commun, d’une rare intensité je persistais dans ce mode aussi fracassant de désarroi que de “bonheur”. Bien évidemment il ne s’agissait pas d’amour, je ne dis pas que l’amour n’était pas là bien au contraire mais ce qui se traduisait surtout dans ces relations c’était la confrontation de deux êtres qui portaient les mêmes blessures, incapables de se reconnaitre l’un l’autre et sous la coupe de leur hypersensiblité. Chacun se servait de l’autre pour tenter d’apaiser ses manques, ses failles, ses souffrances et la relation se transformait en “ring” en lieu de combat ou l’un et l’autre rejouaient de façon totalement inconsciente ses scénarios personnels.

Lorsque j’en ai eu assez de souffrir, assez d’être malheureuse j’ai décidé de m’octroyer le temps dont j’aurais besoin pour apprendre à être heureuse en amour. J’avais bien compris au fil du temps que ma responsabilité était engagée, je ressentais qu’en moi existaient des énergies troubles qui créaient cette réalité, j’ai donc orienté mon travail d’analyse et de libération dans ce sens. Le terme apprendre peut vous paraitre inapproprié et pourtant dans la vie tout s’apprend. Pourquoi est-ce logique et naturel de se payer des cours d’anglais lorsqu’on veut apprendre l’anglais ou des cours de pâtisserie lorsqu’on veut devenir roi du brownie et que ca n’effleure pas l’esprit de la plupart des gens qu’il est possible également d’apprendre à être heureux en amour?  Et bien tout simplement parce que le développement personnel n’est pas inscrit dans les mœurs de notre culture et qu’au contraire il est encore connoté si ce n’est négativement, bien loin des priorités, éventuellement optionnel.

Apprendre à être heureuse dans tous les domaines de ma vie est ma priorité, c’est la mission que je me suis donnée pour ensuite le transmettre à ceux qui le souhaitent. Un jour j’en a eu ras le pompon de me sentir malheureuse, victime, frustrée, irrécupérable, pauvre, pas en forme, pas belle etc.. (ben oui ca va ensemble, un vrai package) alors j’ai décidé d’apprendre à être heureuse en amour, à gagner de l’argent, à avoir une bonne santé et à me sentir bien dans ma peau, et voilà comment j’ai TOUT transformé dans ma vie. J’ai fait de moi ma priorité, je me suis remise au cœur de ma vie, je n’ai pas lésiné sur les moyens, j’ai suivi des heures de thérapie, j’ai travaillé un tas de bouquins, j’ai fait des formations.. c’était ma priorité alors j’ai appris et j’apprends chaque jour.

Si j’insiste sur ce point c’est pour que vous compreniez bien que quelque soit la situation dans laquelle vous vous trouvez aujourd’hui vous pouvez en sortir. L’histoire que vous portez (votre passé karmique, vos intentions d’incarnation, la façon dont votre vie fœtale s’est déroulée, votre enfance ) ont laissé des empreintes en vous et aujourd’hui conscient ou non vous vivez sous l’influence de ces empreintes. Vous pensez d’une certaine façon, agissez d’une autre de façon plus ou moins automatique, vous répétez par fidélité et mimétisme les schémas familiaux et il y a en vous la croyance que la vie est comme ca, que les relations se passent comme ca, que l’état de vos finances est indépendant de votre responsabilité et que votre santé est la résultante de votre hérédité. Dans l’absolu c’est vrai, vous êtes le produit de votre lignée et de tout ce qu’elle implique mais ce qui est faux c’est que vous en êtes prisonnier.

 

Comment sortir de vos schémas amoureux?

  • Saisir votre part de responsabilité. Comprendre qu’une relation se construit, s’entretient à deux, que vous choisissez souvent inconsciemment vos partenaires même si cela vous parait improbable. Sortir de la posture de victime c’est accepter de concevoir que tout ce qui vous constitue aujourd’hui (vos croyances, vos blessures,  vos carences..) jouent un rôle déterminant dans vos expériences amoureuses.
  • Identifier, repérer dans quel système de croyances vous êtes, quelles sont vos blessures de lien, le schéma familiale dans lequel vous vous inscrivez pour comprendre votre mode d’action actuel. Qu’avez vous observé? vu? entendu? ressenti depuis votre plus tendre enfance au sujet du couple ? conflits, violence, vide relationnel? harmonie, partages, complicité?  Vos premiers apprentissages donnent le ton.. Voir article.
  • Comprendre que la relation est vivante et comme tout ce qui est vivant, elle produit des déchets. La communication vraie, ouverte, authentique, respectueuse est son outil de nettoyage. Si vous ne savez pas communiquer de façon “écologique”, bienveillante et sincère, apprenez !
  • Gérer son hypersensibilité. Si vous êtes hypersensible, vous savez que pour vous tout est décuplé, autant votre sensorialité que vos sentiments et émotions. Pour un hypersensible, l’amour est un feu de tous les instants, les émotions s’ancrent, s’impriment pour  des années ou pour toujours. Il n’ y a pas d’interrupteur à l’amour pour un hypersensible, l’amour ressenti un jour peut durer toute la vie mais les déceptions et les blessures aussi.. Lorsque nous n’avons pas conscience que nous sommes hypersensibles, que nous ne l’acceptons pas encore totalement ou que nous ne savons pas comment vivre le mieux possible avec cette particularité, nos réactions face aux évènements sont souvent inappropriées, désorganisées et pour la plupart des gens nous paraissons “extrême”, “fou” , “trop”. Apprendre à se connaitre, accepter qui on est et l’assumer est la voie pour retrouver une vie paisible, un travail sur soi est nécessaire. Un hypersensible apaisé est un hypersensible qui peut devenir heureux 😉
  • Comprendre et expérimenter les concepts de la loi de résonance qui s’appliquent également à la relation amoureuse. Ce que vous cultivez en pensées et en émotions vous revient alors au lieu de focaliser sur tous les aspects négatifs de votre partenaire, revenez à ce qui vous plait chez lui, ce que vous admirez, ce qui vous touche et cultivez le. Changez votre vibration et vos attitudes envers votre partenaire le fera changer automatiquement lui aussi et si en même temps vous parvenez à communiquer sur ce que vous ressentez l’un et l’autre alors vous serez les rois du monde sur la route de l’épanouissement ! Voir article.
  • Sortir du fantasme que l’autre perçoit vos moindre besoin et désir. L’autre aussi subtil et intuitif soit-il n’est pas dans votre tête ni disponible et disposé en permanence. Apprendre à exprimer ses besoins, sortir de l’immobilisme, de l’attente évite bien des frustrations et des malentendus. Prenez la responsabilité de vos états, prenez vote place dans la relation et osez vous dire, c’est une invitation pour l’autre à en faire autant.
  • Cessez de vouloir changer l’autre. Attraction/répulsion , vous passez par des phases sans arrêt?  vous essayez toujours de modeler l’autre selon vos envies? Un jour amoureux transi et l’autre à tout remettre en question ? là encore il s’agit d’un mode qui vous appartient et qui symbolise souvent la relation que l’on a à soi même, nos propres conflits intérieurs. Personnellement j’ai fonctionné longtemps ainsi et c’est en travaillant sur moi que j’ai compris les fondements de ce mécanisme, il était le parfait reflet de mes phases d’acceptation et de rejet envers moi même mais également un peur inouïe de contacter le bonheur. Je n’avais pas dans ma programmation l’option “relation amoureuse heureuse, stable, source de bien-être” alors dès que je l’expérimentais concrètement un peu trop intensément ou un peu trop longtemps tout mon système de défense s’érigeait devant l’inconnu et déployait ses forces pour me faire revenir en arrière et restée au chaud dans mon connu; Donc je provoquais une crise, rejetait l’autre pour fuir.
  • Les empreintes de la vie intra-utérine. Dans mon travail de sophro-analyste des mémoires prénatales je mesure chaque jour à quel point toute notre vie future se construit à partir de nos premières expériences au sein de la matrice de notre mère. La régression en état modifié de conscience léger permet de recontacter nos premiers scénarios et de comprendre comment nous avons fait des déductions, mis en place des croyances et des stratégies et ce dès nos premières semaines. La relation à note mère, un jumeau perdu, un passage après un enfant mort, les perceptions que nous avons du monde extérieur etc.. s’impriment en nous et installent déjà un programmation et une façon de fonctionner future. Est ce que je mérite d’être aimé ? ais-je une place? Est ce que je vais décider de me punir si je survis à un jumeau ou si je ne suis pas un enfant désiré? Est ce que je vais m’effacer, prendre le moins de place possible ? me rendre malade pour qu’on s’occupe de moi ? Libérer les empreintes de la vie fœtale et de la naissance c’est naître une seconde fois. Voir article.
  • Faire la différence entre “amour service” et amour inconditionnel. Êtes vous en relation parce que cette personne qui vous accompagne vous sert à un tas de choses  (ne pas contacter vos blessures, recevoir de l’attention et de l’affection, ne pas être seul, faire un enfant, avoir plus de confort matériel, entrer dans le moule etc..) ou êtes vous avec cette personne parce que vous avez la sensation d’aimer vraiment qui elle est?  Une question qui demande beaucoup de courage et que la plupart préféreront ignorer. Je souhaite depuis longtemps comprendre et expérimenter cette notion d’amour inconditionnel car là encore ce n’est pas quelque chose qui arrive comme ca par chronopost mais qui se travaille. Ressentir l’amour inconditionnel ne veut pas dire que nous n’avons pas de bénéfices comme “les services” ci-dessus mais que nous apprenons jour après jour a voir, accepter et aimer l’autre pour qui il est sans volonté de le changer. Je vous souhaite de poser cette intention vous aussi car l’expérience qui en découle est fabuleuse, elle apprend encore une fois que tout part de nous et que le degré d’amour et d’acceptation porté à l’autre est  en résonance avec le degré d’acceptation et d’amour  porté à soi  (et mériterait un autre article!).

 

Il y a encore tant à dire..

Etre en relation

“Je veux t’aimer sans m’agripper,
T’ apprécier sans te juger,
Te rejoindre sans t’envahir,
T’inviter sans insistance,
Te laisser sans culpabilité,
Te critiquer sans te blâmer,
T’aider sans te diminuer,
Si tu veux m’accorder la même chose,
alors nous pourrons nous rencontrer et nous enrichir l’un l’autre “

Virginia Satir

 

Jessica Font

Thérapie psycho-corporelle & coaching global

consultation en cabinet ou à distance

 

Apprendre à être heureux en amour

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.